Paris Showroom sur RDV

cars@historiccars.fr

Gaël : +33 6 26 48 61 71

Guillaume : +33 6 62 11 94 73



1995 FERRARI F355 Challenge

 PILOTES GENTLEMEN
Porsche avait ouvert la voie au Challenge mono-marque, mono-produit avec la Porsche

Cup. Le week-end, des (heureux) propriétaires de Porsche 944 Turbo, puis de Porsche

911 se livraient à des batailles à couteaux tirés ! Le retour des Gentlemen Drivers

des années 60. Fort de ce constat, Ferrari tente l'aventure en 1993 avec le Challenge Ferrari. Mission remplie, le succès est au rendez-vous et près de 50 Ferrari 348 " coursifiées " s'affrontent les week ends sur circuit. Avec la Ferrari F355, Maranello passe la vitesse supérieure et améliore sa berlinette qui devient la F355 " Challenge "...

DESIGN
On retrouve heureusement les lignes de la Ferrari F355 tracées avec un succès sans égal par Pininfarina et sa soufflerie. Véritable héritière stylistique de la lignée des Ferrari 348, la F355 Challenge a en revanche, comme ses sœurs de la série, abandonné quelques excentricités très " eighties " comme les feux arrière carrés derrière la grille pour de classiques feux ronds. De même les lignes se sont adoucies par rapport à la 348 gagnant à la fois en grâce et en élégance. Une grâce qui se mue en agressivité et sportivité sur la F355 Challenge puisque l'assiette est abaissée, les roues sont plus larges avec un carrossage plus négatif ce qui accentue la sportivité de cette berlinette de course. En digne voiture de compétition, la F355 Challenge laisse peu élégamment dépasser de ses boucliers avant et arrière ses anneaux de remorquage, en cas de panne ou accident sur le circuit. Toute la partie basse de la coque, comme sur les modèles de série profite d'une aérodynamique soignée avec un carénage qui améliore les flux d'air sous l'auto et favorise l'effet de sol (comme une ventouse). Cela permet ainsi aux F355 de se dispenser d'un aileron. Mais il est à noter que dès 1999 les F355 Challenge gagneront un aileron arrière qui contribuera à améliorer la déportance et donc les vitesses de passage en courbe. L'habitacle peut sembler identique à une F355 de série pour le profane, mais l'amateur avisé détectera de nouveaux sièges baquets avec un arceau cage et des harnais. Tous les insonorisant ont été retirés pour gagner du poids, et certains pilotes faisaient également le choix de la suppression du climatiseur. Pour les besoins de la course, un extincteur est également monté de série. Enfin on retrouve toujours avec plaisir la grille métallique et le fin levier surplombé de sa boule… Dans les petits détails, le monogramme " Challenge " stylisé est accolé à celui de " F355 " sur la poupe de l'auto.

MOTEUR
Bien que la mécanique d'origine de la F355 de série soit particulièrement performante et bien conçue, les ingénieurs de Maranello ont toutefois dû repenser à de nombreux détails liés à une utilisation intensive en course. Afin que les pièces mobiles soient toujours idéalement lubrifiées, le système de lubrification est optimisé pour être plus efficace. Les ventilateurs de refroidissement sont plus grands pour que le V8 à 40 soupapes respire le mieux possible. Tous les supports de boîte et de moteur sont remplacés par des modèles plus résistants et l'échappement est plus efficace et plus sonore ! Le résultat du travail des ingénieurs porte la puissance à 380 ch à 8 250 tr/mn, soit un progrès de 60 chevaux par rapport aux dernières Ferrari 348 Challenge ! Les concurrents étaient strictement surveillés par les contrôles des commissaires techniques du Challenge Ferrari et les V8 n'avaient le droit qu'à des simples mises au point. La boîte de vitesses est disposée transversalement et est à six rapports (avec marche arrière).

CHASSIS
Le châssis est repris des F355 standard. Fort logiquement on retrouve donc un châssis portant en acier à tubes soudés de sections variables. Un châssis auxiliaire sur lequel est greffé le groupe motopropulseur l'accompagne selon une méthode largement éprouvée chez Ferrari (la Ferrari BB 512i était déjà conçue ainsi). La carrosserie est donc posée telle une peau sur le châssis et est composée d'aluminium et d'acier selon les pièces. Les quatre roues sont indépendantes et sont fixées sur des suspensions à quadrilatères superposés. L'amortissement de la version de série est conservé avec son contrôle actif électronique pour limiter les variations de l'assiette selon les circonstances dynamiques de la voiture. Un point d'autant plus utile en course (à comparaison d'un usage route) où l'importance de pouvoir freiner le plus tard et le mieux possible afin de jouer au mieux sur le transfert des masses est vital. Quatre disques ventilés se chargent justement de freiner l'auto au mieux et surtout longtemps avec un ABS qui pouvait être déconnecté pour les pilotes exigeants. Les roues de 18 pouces étaient chaussées soit de pneus slicks Pirelli 245/265-18 AV et 305/645-18 AR ou de pneus " rain " (pluie) Pirelli PZero 225/40 ZR 18 AV et 265/40 ZR 18 AR.


Notre Ferrari F355 Challenge fut livrée neuve en 1995. On la retrouve aux Spa Ferrari Days 2001 dans sa livrée noire et Jaune aux couleurs de Ferrari UK, puis elle devient la propriété de Charlie White en 2005, qui prendra part pendant plusieurs saison au Pirelli Ferrari Open totalisant de nombreux podiums, et terminera régulièrement dans les 5 premiers. Révisée en 2015 par Toni Auto, elle a depuis été rarement utilisée, juste pour quelques track days et plus récemment une démonstration lors du Global Endurance Legends by Peter Auto en 2018. Elle a toujours été maintenue en très bon état de marche, par son actuel propriétaire, auprès d'un atelier du sud de la France hébergeant de nombreuses autos de courses des années 90-2010. Totalisant moins de 20.000km, ses éléments de sécurité sont à jour. La F355 Challenge est l'auto parfaite tant en track days, que lors des nouvelles séries mettant à l'honneur les autos de course plus récentes. 


GENTLEMEN PILOTS
Porsche had paved the way for the single-brand, single-product Challenge with the Porsche Cup. On weekends, (happy) owners of Porsche 944 Turbo, then Porsche 911 were engaged in knife battles! The return of the Gentlemen Drivers in the 1960s. With this in mind, Ferrari tried the adventure in 1993 with the Ferrari Challenge. Mission accomplished, success was achieved and nearly 50 Ferrari 348 "courted" Ferrari 348s competed on weekends on the circuit. With the Ferrari F355, Maranello moved up a gear and improved its sedan, which became the F355 "Challenge"...

DESIGN

Fortunately, we find the lines of the Ferrari F355, designed with unparalleled success by Pininfarina and her wind tunnel. A true stylistic heir to the Ferrari 348 lineage, the F355 Challenge, on the other hand, like its sisters in the series, has abandoned some very "eighties" eccentricities such as the square tail lights behind the grid for classic round lights. Similarly, the lines have softened compared to the 348, which has gained both grace and elegance. A grace that turns into aggressiveness and sportiness on the F355 Challenge since the trim is lowered, the wheels are wider with a more negative camber, which accentuates the sportiness of this racing berlinette. As a worthy competition car, the F355 Challenge does not allow its towing rings to protrude elegantly from its front and rear bumpers in the event of a breakdown or accident on the circuit. The entire lower part of the hull, as on standard models, benefits from a neat aerodynamics with a fairing that improves airflow under the car and promotes ground effect (like a suction cup). This allows the F355s to dispense with a fin. But it should be noted that from 1999 the F355 Challenge will win a rear spoiler that will contribute to improving the offset and therefore the speed of passage in curves. The interior may look identical to a standard F355 to the layman, but the discerning enthusiast will detect new bucket seats with a cage hoop and harnesses. All soundproofing was removed to save weight, and some pilots also chose to remove the air conditioner. For racing purposes, a fire extinguisher is also standard. Finally, we always find with pleasure the metal grid and the fine lever overhung by its ball... In the small details, the stylized "Challenge" monogram is attached to that of "F355" on the stern of the car.

ENGINE
Although the original mechanics of the standard F355 are particularly efficient and well designed, Maranello's engineers have had to rethink many of the details associated with intensive racing use. In order to ensure that moving parts are always ideally lubricated, the lubrication system is optimized to be more efficient. The cooling fans are larger so that the 40-valve V8 can breathe as well as possible. All gearbox and engine mounts are replaced by stronger models and the exhaust is more efficient and noisier! The result of the engineers' work brings the power to 380 hp at 8,250 rpm, an improvement of 60 horsepower compared to the last Ferrari 348 Challenge! The competitors were strictly monitored by the technical commissaires of the Ferrari Challenge and the V8s were only allowed to make simple adjustments. The gearbox is arranged transversely and has six gears (with reverse).

CHASSIS
The chassis is based on the standard F355s. Logically, we therefore find a supporting steel frame with welded tubes of variable cross-sections. An auxiliary chassis on which the powertrain is grafted accompanies it according to a method widely proven at Ferrari (the Ferrari BB 512i was already designed in this way). The bodywork is therefore placed like a skin on the chassis and is made of aluminium and steel depending on the parts. The four wheels are independent and are fixed on superposed quadrilateral suspensions. The damping of the standard version is retained with its electronic active control to limit changes in attitude according to the dynamic circumstances of the car. This is all the more useful in racing (compared to road use) where the importance of being able to brake as late and as well as possible in order to play as well as possible on mass transfer is vital. Four ventilated discs take care of braking the car at best and above all for a long time with an ABS that could be disconnected for demanding drivers. The 18-inch wheels were equipped with either 245/265-18 AV and 305/645-18 AR Pirelli slicks or 225/40 ZR 18 AV and 265/40 ZR 18 AR Pirelli PZero rain tyres.

Our Ferrari F355 Challenge was delivered new in 1995. It took part to the 2001 Spa Ferrari Days in its black and yellow livery, the colours of Ferrari UK. It became then the property of Charlie White in 2005, who drove it for several seasons in the Pirelli Ferrari Open often on the podium, and regularly in the top 5. Serviced in 2015 by Toni Auto, it has since been rarely used, just for a few track days and more recently for a demonstration at the Global Endurance Legends by Peter Auto in 2018. It has been well maintained in working order by its current owner at a workshop in the south of France hosting many of these racing cars from the 90s-2010s. With less than 20,000km, the security equipments are up to date. The F355 Challenge is the perfect car both on track days, as well as for the new series celebrating the more recent racing cars.


PSD €